Et encore et toujours, les autres décident à notre place....

http://www.dna.fr/actualite/2016/10/14/le-senat-abroge-le-delit-de-blaspheme

C'est notre Droit, et nous devrions être les seuls à pouvoir le changer.....
http://www.dna.fr/actualite/2016/04/05/alsace-moselle-appel-pour-la-fin-de-l-enseignement-religieux-obligatoire-a-l-ecole

Un collectif d’organisations laïques et des instances éducatives ont réclamé mardi la fin de l’enseignement religieux obligatoire à l’école en Alsace-Moselle.

L’enseignement religieux en Alsace-Moselle, régi par le concordat et non par la séparation des Eglises et l’Etat, n’est pas conforme à trois principes constitutionnels (la liberté de conscience, la neutralité et l’égalité), selon les signataires d’un appel lancé par le collectif d’organisations laïques de ces trois départements.

http://www.lalsace.fr/bas-rhin/2015/12/22/le-regime-local-en-danger

Les administrateurs du régime local d’assurance maladie d’Alsace-Moselle tirent la sonnette d’alarme. Si rien n’est fait, selon eux, ce régime basé sur une très grande solidarité risque de disparaître, en raison de l’application de la nouvelle loi sur la sécurisation du travail, beaucoup moins favorable aux ayants droit et aux retraités.

L’Observatoire de la laïcité recommande au Premier ministre de toiletter le droit local des cultes, ce qui fait consensus. En revanche, catholiques et protestants s’élèvent contre « les attaques » visant l’enseignement religieux.

Le Premier Ministre a chargé quatre parlementaires d’une mission temporaire sur le Régime local d'assurance maladie et le Régime local d'assurance maladie agricole ; elle a pour objet de mener une concertation avec les partenaires sociaux alsaciens et mosellans, pour recueillir leurs positions et formuler des propositions susceptibles de recueillir l’assentiment du plus grand nombre.

L’Alsace-Moselle, contrairement à la France « de l’intérieur » connaît un délit de blasphème. Le drame de Charlie Hebdo le remet dans l’actualité.
Le premier n’a pas d’équivalent en droit français. Le délit de blasphème, qui avait disparu pendant la Révolution française, a été définitivement rayé du droit par la IIIe République. Restent en revanche, dans la loi de 1905, deux articles réprimant le trouble à l’exercice d’un culte et les menaces qui chercheraient à décourager la pratique d’un culte.